Il y a des week-ends, comme ça, où il est permis de se demander si les vachettes ne font pas exprès de briller de tous les côtés pour que le pauvre secrétaire ne sache plus où regarder ni où donner de la tête.
Des week-ends où, sur toutes les courses, tout le club s’est passé le mot pour faire des étincelles.

Essayons donc de nous y retrouver ensemble

Les prémices

Pour changer des coupes dans le salon, vous prendrez bien une corbeille de fruits !

Dès vendredi soir, il y a avait un air de fête.
Tout a commencé par une histoire d’ananas, sur le podium vétéran du Big d’Isle, un 10 km en soirée dans les rues de l’Isle-Jourdain, et par Flo, une vachette pilote qui gagne, avec (grâce à ?) son binôme, la compétition de karting organisée par sa boîte du côté de Muret.

Hé oui, ça change des coupes et du triple effort !
Mais ce n’était qu’un tour de chauffe.

Sarah la tenace vient à bout de la Marion Clignet

A l’écouter au départ, rien n’allait : les jambes ne répondaient pas, un reste de rhume la faisait tousser et renifler sans cesse, la fatigue était bien présente, bref, ce n’était pas le jour. Et la météo en rajoutait avec un grand soleil et les températures qui montaient en flèche.
Mais samedi matin, toujours à l’Isle-Jourdain, rien de tout cela n’était suffisant pour empêcher Sarah de prendre le départ de la Tenace (accompagnée par Nicolas et Franck), la plus longue des 3 versions de la Marion Clignet, une cyclo sur les routes bien vallonnées du Gers, au profit d’une bonne cause.

La tenace. Le nom de la course était prédestinée, et Sarah s’est accrochée à la roue d’une autre féminine, emmenée par son lièvre de mari. Elles ne se sépareront plus et finiront roue dans roue, Sarah héritant au passage de la dernière marche du podium, quelques encablures derrière la gagnante du jour et ancienne vachette.

Un podium rayonnant

Flo cavale à Fronton

Rien ne sert de partir trop fort. Il faut tenir ses 16 km/h, ou se faire doubler par Flo !

Échauffement.
Il y a des soirs, comme ça, où, quand la température extérieure dépasse les 30°C, la notion devient un peu artificielle… Ce samedi soir était de chez jours là.
Du côté de Fronton, pourtant, une vachette s’échauffait. Allez, on va dire, pour être plus proche de la réalité, qu’une vachette trottinait à l’ombre pour préparer les jambes.

Et une fois le départ donné, c’est comme toujours Flo la foudre qui s’est élancé. Pas trop vite (enfin, pour lui, hein…) au démarrage, histoire de ne pas virer dans le rouge, mais en tenant l’allure. Et petit à petit, il double l’un après l’autre les concurrents partis bien trop fort devant lui et qui sautent en cours de route.
Au final, comme souvent, cela paye, avec une très belle troisième place, qui aurait même pu devenir une deuxième place s’il y avait eu un kilomètre de plus pour finir de reprendre le précédent.
Le tout dans un chrono qui le fera maugréer toute la semaine tant il en était mécontent. Mais bon, dans ces conditions, comment aller plus vite ? Et puis, à plus de 16 km/h de moyenne, nous sommes nombreux à déjà rêver d’être à pareille fête !

Hugo cartonne et enchaîne aux Portes de Gascogne, Mathilde règle les poussines

Retour à l’Isle-Jourdain dimanche (décidément THE place to be en ce beau week-end) avec le Triathlon des Portes de Gascogne. Enfin, les triathlons, puisque pas moins de quatre formats étaient proposés dans la journée.

Dès le matin, 250 concurrents s’élançaient sur le S, avec un total de neuf vachettes, et de très belles places d’honneur.
Par ordre d’arrivée : Wilfried (18e au général et 2e de sa catégorie), Lionel, Emmanuel (2e de sa catégorie également), Michel (3e de sa catégorie), Frédéric, Arnaud, Philippe et Jean-Paul. La chaleur aura contraint Alexandre à renoncer en cours de route, lui qui était pourtant le premier du lot hors de l’eau.

A la mi-journée, le XS était pensé pour les concurrents qui voulaient découvrir le triple effort, mais aussi aux benjamin(e)s et minimes que la réglementation autorise à courir la distance cette année. Il y avait donc foule de jeunes pour le départ décalé qui leur était réservé, et parmi eux Yannick qui se sortira d’un vélo pas si simple (faux plat-montant) pour finir à la 29e place.

Mini-vachette mais maxi-star

Les plus jeunes, eux, avaient une course réservée, un format 8-11 ans, donc pour poussin(e)s et pupilles. Et deux mini-vachettes au départ, Mathilde et Juliette, sur les traces de leurs triathlètes de papas respectifs.
100 m de ligne droite dans le lac, un tour de lac à VTT et un kilomètre de course plus tard, la première citée qui franchit la ligne en remportant sa catégorie, deux minutes devant sa copine.

Enfin pour finir cette chaude journée (lac à 24,5 °C interdisant les combinaisons et air à plus de 32°C) un format M était proposé, donc avec 40 km de routes du Gers qui, à l’exception de la première ligne droite au bout du lac, sont tout sauf plates.

Allez, plus que 16 à rattraper, et c’est course gagnée !

Dès la sortie à l’Australienne, la messe était dite : pourtant parti 5 minutes après les femmes, c’est un sociétaire du Narbonne Triathlon, bien remis de sa contre performance au Frenchman trois semaines plus tôt, qui virait déjà en tête pour repartir dans l’eau.
Derrière, Thomas est la première vachette hors de l’eau en 7e position, et au prix d’un gros vélo et d’une course à pied étouffante, il s’offrira un très beau Top 10.
Ensuite sort Hugo, qui n’a laissé que 16 cibles devant lui, et qui part pour une remontada fantastique. 10 secondes à vélo puis 60 en course à pied sur la tête ne suffiront pas pour gagner, mais tout de même pour s’offrir encore son quatrième podium en 14 jours, cette fois sur la deuxième marche, la seule qu’il n’avait pas essayé ! Une vraie machine… qui mettra tout de même de longues minutes, étalée sous la table du ravitaillement d’arrivée, pour s’en remettre.

Toi d’abord. Non, toi. Non, toi !

Il reste encore quatre courageuses vachettes sur la course : Damien, puis Bertrand et Nicolas qui finissent ensemble la course à pied (mais le drafting est autorisé et on peut s’encourager, tant qu’on ne se pousse pas ou qu’on ne se tracte pas avec une corde comme pour les SwimRuns !), avec au passage un échange de politesse sur la ligne d’arrivée, avant que Denis ne ferme le bal pour cette fois.

Gaëlle poursuit son règne au Salagou

Dans tous les feux d’artifices, il y a toujours un bouquet final.
Le Gers attirait tous les regards, mais il fallait garder un œil du côté de l’Hérault pour voir d’autres vachettes briller.

Sur le Half tout d’abord, l’autre machine infernale, Mike (comme quoi même s’il n’y a aucun lien de parenté, il y a quand même des patronymes qui aident !), peaufinait les réglages et sa préparation pour Nice en venant signer une superbe 8e place, malgré lui aussi un reste de rhume et des bronches pas totalement dégagées.
Derrière, la chaleur fait de la casse et contraint Cédric à jeter l’éponge au retour du vélo, et à patienter de longues minutes avant de retrouver un peu de punch.

8e place, c’était décidément le chiffre du jour, puisque sur le Cross-Triathlon, c’est également le rang d’arrivée de Jean-Claude. Comme ça au moins, pas de jaloux avec Mike !
Et puis une superbe place et un temps canon comme ça, ça lui a laissé un petit quart d’heure pour pouvoir accueillir et féliciter sa douce à l’arrivée. A ce sujet, sa reproduction ici n’étant pas autorisée, on ne saurait que trop vous conseiller d’aller sur le site de l’organisateur voir la belle photo de l’arrivée.

Pas si vite. Rembobinons un peu.
Troisième féminine à la sortie de l’eau, Gaëlle s’élance en deuxième position sur le VTT, au profit d’une bien meilleure transition, et avec six petites secondes de retard sur la tête qu’elle reprend au bout de quelques mètres. Seule en tête, elle peut filer vers un deuxième sacre consécutif.
Oui mais…. Aux deux tiers du parcours, c’est la chute. Heureusement, sans trop de gravité : des éraflures un peu partout, mais rien de cassé, et notre bretonne de choc peut repartir et s’envoler, cette fois c’est sûr, vers la victoire.
Le Salagou, c’est décidément son doudou, et donc non contente de faire un podium à chaque course (ou presque) dont elle prend le départ, c’est la passe de deux.

Rendez-vous maintenant l’année prochaine : jamais deux sans trois ?
Et avant ça fin août au Lévézou, pour le championnat régional de la discipline…

Sarah la tenace, Flo qui cavale, Hugo qui cartonne, Mathilde reine poussine, Gaëlle qui rempile : festival de vachettes !
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire